À-propos

“Pour le laid, il n’y a pas de limite. Il y a une possibilité infinie pour faire du laid alors qu’il y a qu’une possibilité finie pour faire du beau.” Umberto Eco

L’argentique permet un ancrage dans la réalité. Par l’altération du film, l’expérimentation des défauts, des manques et des tâches, mon travail permet d’interroger cette réalité et d’en révéler son potentiel onirique. Ils n’effacent pas la réalité présente mais s’articule avec elle, comme un autre espace temps. Il permet de questionner avec intimité et confiance les fragilités humaines, de les reconsidérer, et d’en transformer les difficultés. Mon travail photographique et plastique appelle à s’interroger sur notre “Moi incertain et flottant” comme dirait Marguerite Yourcenar, pour ainsi se donner naissance et ne plus se nier.